Le 09 Avril prochain, dans exactement 4 mois à la date de ce post, 5 amis vont courir le Marathon de PARIS pour AUSTISME 65.
Clo Buttignol Mazzotti, Sophie Dessoly Santolaria, Bernard Santolaria, Jp Oto et Philo Kahn
______________________________________________________________
Pour soutenir notre action, nous faisons appel à vous, amis et famille, mais aussi aux amis de vos amis… pour faire un don.

L’intégralité de la somme sera versée à AUTISME 65.

Un reçu fiscal vous sera adressé pour déduire 75% de votre don à hauteur de 521€.

De notre côté nous posterons régulièrement des news de notre Team, mais aussi quelques Post sur AUTISME65, le Marathon de Paris et…
____________________________________________
Voici le fonctionnement des promesses de dons : 

Nous avons mis en place un système de « paris » pour nous booster dans notre course et dans sa préparation.

Pour faire un don, choisissiez un Pari et faites le Don qui y est associé.

Si vous le désirez vous pouvez commentez votre pari sur votre page Facebook ou sur celle de notre organisation.

De notre côté nous ne publierons JAMAIS les coordonnées des Donateurs sans leur accord.

Les Paris :

Pari 1 : Si Sophie finit en moins de 5h30 : 40€
Pari 2 : Si Claudine arrive avant Philo : 20€
Pari 3 : Si Jean Pierre arrive avant Bernard : 30€
Pari 4 : 10€ pour tous ceux qui finissent : 50€
Pari 5 : Si Philo arrive devant tous les autres : 15€
Pari 6 : Je donne ce que je veux !

 

L’Autisme est un handicap qui touche près de 1 enfant sur 160.
A Tarbes, AUTISME 65 donne à ces enfants les moyens de surmonter leur handicap et d’acquérir la plus grande autonomie possible.

Suivez-nous sur notre page Facebook !

Merci d’avance à toutes et à tous pour votre engagement auprès de nous.

La Team 42,195 pour AUTISME65.

 

Notre action est dans la presse !

Nouvelle République des Pyrénées – Mardi 24 Janvier 2017

Ils sont cinq. Cinq sportifs plus ou moins accomplis mais surtout cinq amis à l’âme généreuse. Claudine Buttignol-Mazzotti, Sophie et Bernard Santolaria, Jean-Pierre Oto et Philo Khan vont courir pour la bonne cause mais pas n’importe où, au marathon de Paris qui aura lieu le 9 avril prochain. Durant 42 km, c’est donc sous les couleurs de l’association Autisme 65 qu’ils donneront le meilleur et le maximum d’eux-mêmes : «C’est le premier marathon pour les filles et d’ailleurs pour trois d’entre nous sur cinq, c’est une première. La course à pied, c’est un sport que l’on fait tout seul et on pense à beaucoup de choses».

 

La belle idée de se battre pour cette association, Autisme 65, qui s’occupe des familles touchées par ce trouble et dont la présidente, Vanessa Ruiz, est ravie de l’initiative de ces sportifs généreux et solidaires : «J’ai trouvé supersympa de courir sous nos couleurs, c’est un peu un parallèle avec la vie des familles qui viennent nous voir. Quand on est parent d’un enfant autiste, courir, on ne fait que ça, c’est aussi un vrai marathon. On les accompagne dans le diagnostic, la prise en charge, la scolarité, le lien était assez évident. Et comme dans la course on vit des moments plus faciles, d’autres moins, c’était une jolie image, ça colle à notre parcours». L’association, installée à la Maison de l’autisme, près de la Caisse d’allocations familiales, est là pour informer les parents, organiser des ateliers éducatifs, du soutien à la scolarité, l’accompagnement dans les démarches administratives. Elle a aussi besoin de ressources financières et là aussi, les coureurs ne sont pas en panne d’idées, comme le précise Philo, à l’origine de la démarche» :

«Nous avons une page Facebook intitulée «42,195 km pour Autisme 65» et un site Web pour l’occasion : «marathon.pourautisme65.com». C’est un petit pari entre nous. Nous y posons des questions rigolotes et les gens peuvent faire des dons, toutes les sommes sont les bienvenues. Tout cela vient d’un pari entre nous. On voulait courir utile et ce sera la première fois pour moi aussi. C’était important d’attirer l’attention sur cette cause et l’association, c’est quelque chose d’un peu isolé, beaucoup de gens ne savent pas ce qu’est l’autisme».